Émotions et stress à l’école

Savoir-être à l’école

Depuis la rentrée scolaire 2015-2016 je me rends dans les écoles pour échanger, tant avec les élèves qu’avec les enseignants, sur mon parcours professionnel en général et/ou sur la gestion du stress et de la motivation en particulier. C’est ma contribution à la lutte contre l’échec et le décrochage scolaire (entre autres choses).

J’interviens dans le cadre de différents dispositifs telles que la Réserve Citoyenne et Entreprendre pour Apprendre pour ce qui est des actions bénévoles ou Entreprendre pour la Cité et Savoir-Être à l’École pour les actions rémunérées (mais aussi en nom propre pour tout accompagnement nécessitant un format « sur mesure »).

Savoir-être à l'école

Enseigner et transmettre

J’aime enseigner et transmettre, chercher des approches pédagogiques originales et adaptées aux différents publics auxquels je m’adresse que ce soient des enfants, des adolescents ou des adultes. C’est loin d’être facile avec les élèves mais j’arrive parfois à retenir l’attention de certains d’entre eux… Il faut savoir rester humble.

J’insiste tout d’abord sur les émotions. J’invite mon assistance à les observer. Nous ne faisons jamais ça… Car l’apprentissage des émotions est très souvent implicite. Il se fait au fur et à mesure que nous grandissons. Et puis nous nous laissons facilement emporter par le tourbillon de nos émotions ! Les observer, c’est déjà prendre de la distance.

Qu’est-ce que le stress ?

J’invite ensuite à réfléchir sur ce qu’est le stress afin d’en préciser les contours. Si côté enseignants, chacun y va de sa définition… côté élèves, c’est nettement plus dur à formaliser. Alors je me cite en exemple et je vais à la pêche des expériences vécues. Les vidéos aident à sortir les élèves de leur mutisme et à exprimer leur opinion personnelle.

Des outils pour lutter contre l’anxiété

J’enchaine enfin sur toute une série d‘exercices qui ont pour finalité la prise de conscience des automatismes qui sont à l’origine, dans les situations de stress les plus courantes, de pensées incohérentes et/ou de comportements inadaptés, signes qu’une alarme vient de se déclencher et qu’il est nécessaire d’adapter pensées et comportements.

Et vous, quel est votre stress ?

Ça stress, ça stagne, ça tourne en boucle ?

J’ai commencé à écrire cette note de blog pendant une journée de consultations individuelles gratuites sur la gestion du stress. Hormis les rendez-vous planifiés à l’avance et malgré ma pancarte invitant les personnes pour lesquelles « ça coince, ça stagne, ça tourne en boucle » à venir s’assoir, j’ai tout juste reçu un regard amical et admiratif pour mon initiative. À croire que personne n’est stressé ici… Il est vrai que cet espace de coworking invite au calme à la détente, du moins en apparence…

…car, côté rendez-vous, vous reconnaissez volontiers souffrir de stress et vous êtes venus dans un état d’esprit bien démuni pour cette séance de speed-coaching, « une mission de service public » de l’avis de certains d’entre-vous, un compliment qui me va droit au cœur et dont je vous remercie ! Il me semble important de témoigner des raisons qui vous ont poussé à venir consulter, à franchir les portes de l’anticafé et à parler de ce qui vous gêne au quotidien.

Des motifs professionnels

Puisque nous nous sommes rencontrés dans un espace de coworking, vous êtes d’abord venus pour des motifs d’ordre professionnel que je peux ranger en 2 catégories : il y a d’une part les situations spécifiques qui vous chatouillent au quotidien (« Rester calme en prévision d’un entretien ou pendant une prise de parole en public. ») et puis il y a les projets professionnels qui vous gratouillent sur le long terme (allant du simple « besoin de conseils dans l’orientation professionnelle » au plus problématique « stress de la vie de chômeur »).

Des motifs personnels

Et comme nos vies personnelles et professionnelles ne sont décidément pas étanches, vous êtes aussi venus pour des problèmes d’ordre privé (allant du « stress général quasi permanent » et autres « insomnies et cauchemars » aux plus handicapants « problèmes de confiance en soi » pouvant dans certains cas « porter préjudice aux relations avec les autres »).

Dans tous les cas, nous avons toujours pu dresser en seulement 45 minutes un diagnostic a priori de ce qui ne va pas, diagnostic qui s’est poursuivi pour certains et certaines d’entre-vous par un Inventaire de Personnalité, d’Assertivité et d’Adaptabilité que vous avez complété en ligne et que je vous ai débriefié in extenso lors d’une séance ultérieure. L’accompagnement proprement dit a alors pu commencer. Quelques séances suffisent en général.

Avoir un intérieur déco

Les finances vous permettent enfin d’accéder à ce rêve d’avoir un intérieur déco, celui de vos rêves, que vous imaginez depuis tant d’années. Pour mettre toutes les chances de votre côté, vous avez fait appel à un architecte ou à un décorateur. Or, au sortir de cette rénovation totale, vous avez du mal à l’habiter ce fameux intérieur déco. Cette note de blog expose les raisons possibles d’un tel décalage.

Un lieu de vie transformé

Votre lieu de vie est tellement transformé que vous êtes en perte de repères. Ce sentiment de décalage peut être accentué si vous avez vécu ailleurs pendant les travaux. À ce stade, il ne s’agit que d’une période d’adaptation, rien de grave. Cela passera d’autant plus vite que vous accueillerez la nouveauté et le changement de vos habitudes. Une nouvelle routine va s’installer, cela demande juste un peu de temps.

Peut-être avez-vous cédé à la tendance voire même avez-vous cherché à « épater la galerie ». Cet intérieur ne vous ressemble pas tant que ça finalement, il est plus le reflet d’une pression sociale environnante que de votre véritable personnalité. C’est nettement plus embêtant. Dans un premier temps, procédez à tous les ajustements nécessaires qui vous paraissent évidents et réalisables.

Enfin, vous êtes peut-être partagé par un sentiment d’ambivalence : cet intérieur déco vous l’avez et pourtant, quelque part, ce n’est pas assez… Vous étiez complètement enthousiaste mais maintenant vous êtes déçu. Quelque part, vous n’avez pas obtenu ce que vous vouliez et vous le vivez comme un échec. Il est possible que ce projet de déco ne soit que la partie émergée d’un besoin beaucoup plus profond non satisfait…

Un décorateur d’intérieur pour vous guider

En principe l’architecte ou le décorateur saura vous guider pour éviter la plupart de ces écueils. Quand, en plus, il est formé à la gestion du stress et de la motivation, il saura d’autant mieux vous accompagner.